Pic Coolidge 3775m

Pic Coolidge 3775m

2 septembre 2006
1ère journée dans le Massif des Ecrins. Départ de Pré de Madame Carle (1874m). Il ne fait pas très beau. Passage au refuge du Glacier Blanc (2542m), rapide pique-nique. Traversée prudente du Glacier Blanc, je passe en dessous du refuge des écrins (3175m) et j’atteinds le col des Ecrins (3367m). Je n’ai vu aucune cordée de la journée sur l’ascension du Dôme des Ecrins (Photo ci-contre), la trace pour y monter est nette, mais le chemin est très crevassé, il y a même des coulées de neige. Je suis bien désolé de faire demi-tour. A 18h30 de retour en vallée de Vallouise, je décide de reprendre la voiture… pour contourner tout le massif et rejoindre la Bérade après Saint Christophe en Oisans.

 

3 septembre 2006
2ème journée dans le Massif des Ecrins : départ de la Bérade (1713m), à 8h30… je ne suis pas matinal et pourtant je pars pour monter au Pic Coolidge à 3775m ! Temps radieux ! Refuge privé du Carrelet (1909m), refuge de Temple-Ecrins (2410m), col de la Temple (3321m), arête Sud du pic par la vire à droite, couloir facile, brèche, cheminement oblique à droite et plateau à 3445m. Je gravis … à tord le pic Coolidge par les rochers au lieu de mettre les crampons et d’attaquer par la pente neigeuse. Les rochers ne sont pas bons, j’atteinds quand même le sommet à 16h : 3775m, je n’avais jamais dépassé 3500m, je suis bien content d’être là. Vue spendide : je touche presque la barre des Ecrins, le Pic d’Ailefroide est tout aussi prêt, le massif du Pelvoux à peine plus loin. Le beau temps me décide à programmer le Mont Gioberney pour demain. Je descends rapidement, en mettant cette fois les crampons. 1700m plus bas, au niveau du Plan Carrelet (1909m) je remonte jusqu’au refuge de la Pilatte (2577m)… je termine cette longue et ensoleillée journée à la lampe frontale. Bivouac à la belle étoile… avec plein d’étoiles dans le ciel.

 

 

4 septembre 2006 (matin)
3ème journée, qui ne sera qu’une rapide matinée : du refuge de la Pilatte (2577m) jusqu’au Mont Gioberney (3352m) que j’attaque par l’arête Sud facile. J’ai traversé très prudemment le glacier. Pour la descente, j’emprunte seulement le haut du glacier et descend plus logiquement par les rochers. Retour à la Bérade à 14h.

 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :